Les Femmes au Rotary

by | 29 Mar 2018 | Les années souvenirs

En son année rotarienne 1990-1991, Yves GOUST et son équipe prennent la décision d’accueillir les femmes des rotariens à tous les repas statutaires. Heureuse initiative, car aujourd’hui encore, de nombreux clubs invitent les conjoints (es) au repas des mois qui comportent 5 semaines !

Quant à l’accueil des femmes en tant que membres des Clubs rotariens, dès 1986, les U.S.A., ont informé les Clubs de cette possibilité. Cette réalisation paraissait très illusoire à notre Club ! « heureusement, disaient les “nôtres”, seuls les clubs de Californie sont concernés ».

Entre 1986 et 1990 (année d’Yves, vous remarquerez…), les idées avancent !.. dans le bon sens suite à une conférence sur « le sexe de l’élite par Jean MORIN et Christian DAVID » par un raisonnement implacable et prémonitoire : “l’Homme et la Femme sont théoriquement égaux, mais une femme qui réussit dans un monde qui n’est pas fait pour elle a des capacités extraordinaires. L’élite est donc au féminin. Et puisque Le Rotary recrute les élites …”.

Après l’année d’Yves GOUST, la brèche était ouverte – ainsi sous les Présidences de Jean Marie DIGOUT, de Pierre KRESS, de Georges GAYTE, de Roger MALLARD, l’idée a mûri puisque dans l’année d’Eric FARGEAS, des paroles : “le Rotary ne peut être renforcé que par la présence féminine et par les idées qu’elles pourront apporter”, et des actes , en octobre 1995, Eric FARGEAS, soutenu par Pierre KRESS et la majorité du club, a eu le grand plaisir de remettre l’insigne rotarienne à Maryvonne VERGNES , Catherine CHADENAT et Géraldine GILLARDEAU.

complément de notre ami, le 5183815

“Les femmes sont des Hommes comme les autres”…
A la suite d’un décision de la Cour Suprême des Etats-Unis d’Amérique, le refus constant par le RI d’admettre ces Hommes est devenu illégal.
voir le texte officiel ci-dessous …

Pourquoi le club de Duarte a-t-il été jusqu’à la Cour Suprême ? 
Après la visite d’un gouverneur du RI dans le club (en 1978), ce dernier a vu qu’il y avait des femmes présentes. Passons sur les détails, mais à la suite, le RI a retiré sa charte à ce club. Ils ont mis 9 ans pour être réintégré dans le Rotary, contraint par la loi en 1987.
Les manuels de protocole ont été modifiés 2 ans après en1989.

…Oui ! La Cour Suprême des Etats-Unis !!! Le 4 Mai 1987.
Il est curieux que le RI ait été condamné par la Cour Suprême à accepter des femmes parmi les hommes..
Tout est parti de la volonté de fer d’un club américain qui a assumé jusqu’au bout et a gagné, le Club de Duarte « La souris qui rugit ».

Famous Honorary Rotarians :  voir le lien
sur cette liste des 100 rotariens “distingués”, il ne figure que deux femmes : Diane Feinstein (sénatrice américaine) et Françoise Barre-Sinoussi (Prix Nobel, et notre membre d’honneur).

Share This